Volkswagen intègre l'impression 3D à sa chaîne de production

L'entreprise, groupe automobile allemand possédant de nombreuses marques, s'est équipée de deux imprimantes 3D J850 Stratasys. Ces dernières sont compatibles avec 7 matériaux différents et plusieurs gammes de couleurs, de transparence et de niveau de flexibilité. De plus, son volume d'impression 3D est de 49 x 39 x 20 cm.

Cet investissement dans la technologie 3D HP, procédé de liage de poudre, devrait permettre à Volkswagen de produire 100 000 pièces finies (imprimées en 3D), par an, d'ici 2025. La société se démarque d'ailleurs de ses concurrents qui, eux, ont tous recours à la fusion laser sur lit de poudre. Ce choix se justifie par le fait que la technologie HP permet de réaliser des pièces plus légères que celles fabriquées en tôle d'acier, matériau initialement utilisé dans l'industrie automobile.


Imprimante 3D J850 Stratasys

En réalité, cela fait déjà 25 ans que Volkswagen utilise l'impression 3D pour le prototypage. Désormais elle veut surtout y avoir recours pour produire des pièces finies : son usine située à Wolfsburg utilise la fabrication additive métal et plastique pour fabriquer des supports ou des collecteurs d'admission. On compte déjà un million de pièces imprimées en 3D avec des matériaux métal ou plastique.


A partir d'aujourd'hui, Volkswagen va se concentrer sur la technologie 3D de liage de poudre pour créer des pièces plus légères, tout en réduisant ses coûts de production. Cette technologie a pour l'instant été testée sur le T-Roc et permet d'imprimer des modèles 50% moins lourds qu'en ayant recours à des outils traditionnels.

Les imprimantes 3D J850 Stratasys seront notamment utilisées pour imprimer des textures, telles que le cuir, le bois ou le tissu. Volkswagen mise aussi sur le matériau VeroUltraClear qui permet d'obtenir des pièces 3D aussi transparentes que le verre et qui pourront être affectées aux phares des voitures.


T-Roc Volkswagen

En plus d'avoir investi dans les imprimantes 3D de chez Stratasys, Volkswagen a signé un partenariat avec Siemens : les deux entreprises travaillent sur un logiciel permettant de positionner les pièces, sur le plateau des imprimantes 3D, de façon plus optimum.


Pour l'instant, dans l'industrie automobile, l'impression 3D est surtout utilisée pour fabriquer des prototypes.



Sources : 3dnatives - usine-digitale

3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout